Dr. Ahmed Bouhekka, ancien boursier du DAAD

Nom : Dr Ahmed Bouhekka
Université algérienne : Centre Universitaire Ahmed Ben Yahia Al-Wancharissi de Tissemsilt
Domaine de la recherche : Physique
Bourse du DAAD : 01/12/2009-01/07/2011, Heidelberg, Bourse doctorale bi-nationale (l’ancien modèle sandwich)

Vous avez passé environ deux années en Allemagne dans le cadre de votre thèse de doctorat. Quelle a été l'expérience la plus difficile jadis et comment avez-vous réussi à relever ce défi ?

Vivre une expérience différente était toujours un rêve pour moi ! En tant qu'un étudiant en magistère en Algérie, j'ai beaucoup entendu sur les bourses du DAAD. J'ai eu l’occasion de passer un stage d'un mois (fin 2007) à l'université de Neuchâtel en Suisse. À la fin de mon séjour, mon Professeur suisse m'a informé qu'il était en train de déménager pour joindre la prestigieuse université de Heidelberg et rapidement l'idée de postuler pour une bourse du DAAD m'est venue. Avant de commencer ma bourse du DAAD, j'avais eu aussi l´opportunité de faire un stage de deux mois à Heidelberg (Mars et Avril 2009) où j'ai bien découvert le groupe de recherche et cette très belle ville romantique qui a pris mon cœur.

La bourse du DAAD est accompagnée d'un cours de langue de quatre mois. L'apprentissage de la langue allemande a été très difficile pour moi, mais après seulement quatre mois, j'ai réussi à parler à mon encadreur en allemand. Cela l'a surpris très positivement, ce qui m'a donné à mon tour l'envie de continuer à apprendre. J'ai appris l'allemand et l'anglais, travaillé dur sur mon projet de recherche, donc il ne me restait presque pas de temps pour d'autres activités. Néanmoins, j'ai vraiment apprécié mon séjour à Heidelberg car j'ai beaucoup appris.

Avez-vous une recette pour la nostalgie au pays d’origine ?

Je suis originaire d'un petit village montagneux de l’Algérie et j'ai dû vivre loin de chez moi en raison du manque d'infrastructures de l'école primaire. Cet état m'a appris à être indépendant dès mon plus jeune âge et à compter uniquement sur mes réalisations. La nostalgie à mon pays d’origine n'était pas un sentiment nouveau pour moi. Néanmoins, c’est sûr qu’après un certain temps, mon pays d'origine m'a manqué. Je visitais l’Algérie une fois par an et j'étais en contact régulier avec ma famille et mes amis grâce à l’internet. Donc cela m’a trop aidé.

Qu'est-ce qui est indispensable dans vos bagages lorsque vous voyagez en Allemagne pour un long séjour d'étude ou de recherche?

La chose la plus importante à mon avis est l'effort, la volonté et la motivation. Si vous voulez réussir en Allemagne, vous devez d'abord apprendre sa langue. L'intégration rapide dans l'équipe de travail puis dans la société est un facteur clé de ce défi. J'ai quitté cette belle terre d'idées après presque deux ans de travail intensif, mais l'Allemagne en général et Heidelberg en particulier sont à jamais dans mon cœur ! Je profite de cette occasion pour remercier le DAAD et tous ses employés qui nous ont toujours bien accompagnés lors de mon séjour. Je reste fidèle au DAAD et à l'Allemagne en faisant de mon mieux pour être un bon ambassadeur en Algérie et partout dans le monde où je serai.