Ce mois-ci nous souhaitons vous présenter un partenariat de longue durée entre l’ENSI (Ecole Nationale des Sciences de l’Informatique) et l’Université d’Offenburg).

Dr. Chadlia Jerad dirige divers projets financés par le DAAD avec le professeur Axel Sikora depuis 2016, tels que des thèses pour étudiants en ingénierie, des hackathons, des ateliers, des voyages d’études et bien d’autres activités. Nous vous présentons trois étudiants qui partagent leurs expériences dans le cadre de ce partenariat.

Doctorant Mohamed Abou Messaad

Je suis Mohamed Abou Messaad de la Tunisie, j’ai 25 ans et je suis doctorant en informatique.

J’ai obtenu mon mastère en internet des objets de l’Ecole Nationale d’Informatique de l’Université de la Manouba.

En 2020, j’ai eu la chance de faire partie des participants du projet de coopération du DAAD entre mon université en Tunisie et la Hochschule Offenburg en Allemagne. Ce programme d’échange allemand m’a donné l’opportunité d’effectuer un séjour de recherche à l’institut des systèmes embarqués fiables et de l’électronique de communication (ivESK) pour faire avancer ma thèse de doctorat sous la direction du Prof. Axel Sikora.

Pour ma première expérience internationale, j’étais ravie de découvrir comment se passe la vie dans un pays très progressif, diversifié et multiculturel. En plus de cela, je me suis concentré sur la réalisation de mon objectif qui était d’accomplir une partie importante de mon projet de recherche et de publier un article scientifique. Malgré la vie difficile à l’époque de Corona, il n’était pas difficile de nouer des liens, je me suis fait un devoir d’être amical avec les habitants, j’ai trouvé les Allemands assez chaleureux, travailleurs et serviables.

Personnellement, je me suis principalement intégré avec d’autres expatriés. J’ai un groupe d’amis incroyable là-bas, ils sont tellement adorables et ils étaient comme une famille pour moi. J’ai vraiment apprécié chaque journée en Allemagne en faisant de nombreuses activités de plein air. En plus de cela, je faisais partie d’une grande équipe chez ivESK, je me suis retrouvé entouré de membres impressionnants de l’équipe qui viendront en courant pour aider lorsqu’on leur demandera.

J’y ai également amélioré de nombreuses compétences, comme la gestion du temps, la confiance en soi et une attitude positive. Un remerciement spécial à l’équipe d’ivESK. Sans aucun doute, voyager à l’étranger est vraiment une expérience merveilleuse à vivre. Je conseille à tous les étudiants : sortez de votre zone de confort ! Le monde est fantastique.

Nessim Tarchoun, gagnant du Hackathon 2020

Je suis Nessim Tarchoun de l’Ecole Nationale Supérieure d’Informatique -ENSI (Ecole Nationale des Sciences de l’informatique) et aujourd’hui, je vais partager mon expérience en tant que participant et lauréat du 5G-IoT Hackathon organisé par le NSCS et l’Université des Sciences Appliquées et des Technologies d’Offenburg.

Mais tout d’abord, je tiens à remercier toute l’équipe d’organisation et en particulier Dr. Chadlia Jerad pour son soutien et ses efforts.

Une fois l’appel à participation au 5G-IoT Hackathon était ouvert, je n’ai pas hésité à postuler et à former mon équipe. Je crois que c’est une expérience qui change la vie, indépendamment des nouvelles stressantes de Covid-19.

Chaque soir on progresserait, le lendemain, tu te réveilles, et tu aurais la détermination de donner plus et d’atteindre l’objectif ! Appuyez sur « Réinitialiser », travaillez à nouveau vers une meilleure version de notre système, puis recommencez tous les jours.

Les gens qui participent à des compétitions sont vraiment passionnés ; il y a toujours un débordement d’idées et de talents. Pour moi, c’était juste donner le meilleur de moi-même et vivre pendant trois semaines en convertissant les idées partagées dans les discussions en code.

Enfin, j’ai appris beaucoup plus en compétition que n’importe quel MOOC. Mon conseil aux élèves-ingénieurs : Ne manquez pas une seule chance de faire partie des Hackathons et surtout de sortir de votre zone de confort.

Farouk Bouabid, gagnant du Hackathon 2020

Chaque année, un hackathon de l’internet des objets (IoT) est organisé par l’École nationale d’informatique (Tunisie) et l’université d’Offenburg (Allemagne) et soutenu financièrement par l’office allemand d’échanges universitaires (DAAD).

Par conséquent, il est considéré comme une coutume parmi les étudiants en logiciels embarqués et de l’internet des objets (IoT) de l’École nationale supérieure d’informatique de participer à cet événement qui a lieu en automne.

De plus, ce hackathon représente une compétition féroce entre les étudiants pour remporter le prix de la réalisation de leur mémoire de master (PFE) à l’Institut des systèmes embarqués fiables et de l’électronique de communication (ivESK). Néanmoins, l’édition de cette année s’inscrit dans des circonstances pandémiques uniques où l’interaction entre les participants tunisiens et les universitaires allemands a été réalisée en ligne ainsi qu’une exposition de prototypes.

Cependant, ces circonstances malheureuses n’ont pas affecté l’esprit et la volonté des étudiants et des professeurs de mener à bien cet événement. En tant que participant et membre de l’équipe, ce défi était différent que d’habitude pour moi. Premièrement, nos capacités académiques et nos compétences en ingénierie ont été testées en corrélation avec des problèmes environnementaux réels. En plus de cela, nous devions non seulement proposer une idée distinguée, mais également créer un prototype techniquement solide dans un délai de deux semaines.

Et enfin, nous avons dû rivaliser avec de nombreuses idées créatives et des étudiants talentueux, hautement préparés et motivés pour ce défi. Par conséquent, il vaut la peine de dire que gagner n’était pas une tâche facile. C’était grâce à des heures de dévouement et de travail d’équipe.

En fin de compte, je salue tous les organisateurs et participants pour leur formidable effort et leur travail acharné. De plus, je souhaite bonne chance aux participants de l’année prochaine en espérant que ce partenariat entre universités continue de prospérer.

L’office allemand d'échanges universitaires (DAAD) promeut le programme « Partenariats SDG » en utilisant des fonds fournis par le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ)

Des fonds sont disponibles pour établir des partenariats entre les établissements d’enseignement supérieur allemands et les établissements d’enseignement supérieur des pays émergents et en développement (DEC).

Le programme se concentre sur la planification, le développement et la réalisation de partenariats d’enseignement supérieur qui donnent lieu à une promotion durable des structures dans les institutions partenaires dans l’enseignement ainsi que la recherche, et dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la gestion de la recherche.

Les objectifs généraux à long terme du programme sont de contribuer au développement durable conformément à l’Agenda 2030, à la réalisation des objectifs de développement durable (SDG) et à la création d’établissements d’enseignement supérieur en réseau international hautement performants dans les pays partenaires.

Plus d’informations : Download: SDG Partnerships (PDF, 175.44 KB)

https://www.daad.de/en/information-services-for-higher-education-institutions/further-information-on-daad-programmes/sdg/

Partenariats pour la Transition avec des universités partenaires en Tunisie, Algérie, Maroc, Libye, Jordanie, Yémen, Liban, Irak et Soudan

L’office allemand d’échanges universitaires (DAAD) promeut le programme « Partenariat germano-arabe pour la transition » grâce au financement du Ministère des affaires étrangères.

Dans le cadre de ce programme, l’Allemagne accompagne, depuis 2011, les bouleversements politiques dans la région arabe. La formation universitaire ainsi que la coopération académique jouent un rôle important dans la période de changement social et politique. Le partenariat germano-arabe pour la transition offre des chances supplémentaires pour les efforts de réforme des universités arabes.

La collaboration entre les universités allemandes et arabes devrait se concentrer sur la modernisation de l’enseignement, la mise en place de structures dans la recherche et la gestion ainsi que l’amélioration de l’employabilité des diplômés aux universités partenaires arabes.