Avec ce portrait du mois, nous vous présentons un jeune tunisien couronné de succès effectuant des études en langue allemande. Le DAAD l’a guidé à des moments importants de sa carrière : en plus de la fameuse bourse « cours d’été dans une université allemande », il a également bénéficié d’un financement pour un master en didactique en allemand en tant que langue étrangère (DaF) à l’université germano-jordanienne (GJU). Abdelhamid Bessi a également reçu la bourse parlementaire internationale (IPS). Nous lui avons demandé !

Nom : Abdelhamid Bessi

Université d’origine : Université de La Manouba, Faculté de philologie

Département : Master en langue allemande (Littérature filmée)

Mémoire de master à l’Université de La Manouba sous le titre « Le roman ‘Berlin Alexanderplatz – L’histoire de Franz Biberkopf’ et sa dernière adaptation cinématographique de Qurbani en comparaison »

Deuxième mémoire de master en allemand en tant que langue étrangère (DaF) à l’université germano-jordanienne sous le titre « Transmettre les aspects culturels et historiques à travers le film ‘Werk ohne Autor’ dans les cours d’allemand en tant que langue étrangère (DaF) ».

  1. Pouvez-vous décrire dans quelle mesure ces bourses vous ont fait progresser dans votre carrière universitaire ?

J’ai commencé à apprendre l’allemand au lycée en Tunisie, et ce n’était pas un hasard, c’était plutôt une décision consciente. J’ai toujours été très intéressé par les langues et les cultures, c’est pourquoi j’ai décidé d’étudier l’allemand à l’université après l’obtention de mon baccalauréat.

Je trouve qu’il est important de pouvoir étudier à l’étranger parce que vous avez la chance de connaître de nouvelles cultures et perspectives. J’ai été très heureux d’avoir eu l’opportunité en 2017 de poursuivre mes études avec une bourse du DAAD à l’Université germano-jordanienne (GJU) en Jordanie et à l’Université Philipps de Marburg en Allemagne. C’était une bonne opportunité pour moi de compléter mes études en allemand en tant que langue étrangère (DaF), car ce cursus n’existait pas en Tunisie à l’époque.

Avec sa formation axée sur la pratique, la GJU est basée sur le modèle de l’université allemande des sciences appliquées. J’y ai pu approfondir mes connaissances théoriques, méthodologiques et pratiques ainsi que mes compétences pour la communication en classe.

En septembre dernier, grâce au programme de bourse parlementaire internationale à Berlin (IPS) dédié aux pays arabes, j’ai vécu une nouvelle expérience formidable et j’ai beaucoup appris sur la démocratie représentative et le système parlementaire de la république fédérale allemande (RFA).

  1. Les élections au parlement allemand ont eu lieu en Allemagne cette année. Vous étiez à Berlin dans le cadre du programme « Bourse parlementaire internationale » (IPS) et avez vécu cette période passionnante là-bas. Quelles ont été vos impressions générales ?

Dans le cadre de la bourse parlementaire internationale pour les pays arabes (IPS), j’ai fait connaissance de la démocratie représentative et le système parlementaire de la république fédérale allemande (RFA) dans la dynamo de la démocratie allemande : le parlement allemand (Bundestag).

Ce programme de quatre semaines comprenait des conférences sur l’histoire allemande et le fonctionnement du système parlementaire allemand ainsi que le système électoral et le droit de vote. Des ateliers et des séminaires ont également été organisés sur la liberté de la presse et les normes de publication ethnique, la liberté de la religion, les droits de l’homme et les sujets relatifs aux minorités.

Le point culminant du programme a été le stage dans la circonscription électorale du député parrain juste avant les élections parlementaires de 2021. Mon stage s’est déroulé dans la circonscription électorale de Wuppertal I en Rhénanie du Nord-Westphalie avec le député Helge Lindh (SPD), qui était membre de la commission de l’intérieur et de la commission de la culture et du média lors du 19e mandat législatif.

Pour les élections parlementaires de 2021, il s’est de nouveau présenté dans la circonscription électorale de Wuppertal I avec un résultat au premier vote de 37,3 %. Il y avait bien sûr beaucoup de travail derrière ce résultat. Au cours du stage, j’ai surtout expérimenté le fonctionnement d’une campagne électorale réussie.

Parce que la journée commence tôt le matin avec des conversations et des discussions avec les employés des entreprises, puis des conversations avec des organisations de la société civile, des campagnes électorales en porte-à-porte, la participation à des manifestations telles que des grèves mondiales pour le climat, des stands d’information, des tournées des bars et bien plus encore. Cette expérience était vraiment géniale !

J’ai également eu l’occasion de rencontrer d’autres membres du parti SPD et du groupe du conseil SPD à Wuppertal. C’est ainsi que j’ai découvert que Wuppertal avait une amitié officielle avec Tabarka. J’en étais très content.

Malheureusement, le programme n’était que virtuel au début. L’échange avec les 33 autres boursiers du programme IPS des dix pays arabes était très important car nous avons pu en apprendre beaucoup sur les systèmes politiques de nos pays dans les pauses et le soir dans notre cuisine ou dans la cour. La diversité des participants m’a permis d’acquérir de nouvelles expériences et connaissances et de comprendre les différentes perspectives et façons de penser des autres.

  1. Quels sont vos projets pour l’avenir ?

On n’a pas besoin d’étudier la politique ou le droit pour faire de la politique. Je pense qu’on fait de la politique si on a la motivation de vouloir façonner quelque chose.

J’ai donc l’idée d’une certaine politique d’éducation culturelle que j’aimerais mettre en œuvre non seulement en tant que futur politicien potentiel, mais aussi en tant qu’acteur culturel et professeur, puisque je suis actuellement président du « Ciné-Club de Tunis ». Pour moi, la politique est une passion que je veux poursuivre.

En occupation principale, je veux plutôt faire mon doctorat dans le domaine de l’allemand comme langue étrangère (DaF). Dans ce cadre, je participe à des colloques pour doctorants et à des ateliers sur un projet de recherche du DAAD sous le nom de « Discours interculturels ». Il s’agit d’une collaboration entre trois universités, l’université de Jendouba et l’université de La Manouba de la Tunisie et l’Université de Paderborn de l’Allemagne.

Plus d’informations sur les programmes de bourses :

– Cours d’été universitaires en Allemagne (lien en anglais) : https://www2.daad.de/deutschland/stipendium/datenbank/en/21148-scholarship-database/?detail=50035295

– Bourse parlementaire internationale (IPS) : https://www.bundestag.de/fr/union-europenne-international/internat_austausch/arabe-250626