Le DAAD soutient depuis de nombreuses années un lectorat au sein du département d’allemand de l’Université Mohamed V de Rabat. En mai 2022, un nouveau lecteur a pris ses fonctions.

Nom : Michael Alszer

Domaine ou spécialité : Linguistique appliquée

  1. Monsieur Alszer, toutes nos félicitations pour votre nouveau poste. Pouvez-vous nous dire en quoi consistent les tâches d’un lecteur du DAAD ? À quoi ressemble une journée de travail normale ?

Merci beaucoup, je suis très heureux de pouvoir désormais soutenir les collègues de l’Université Mohammed V de Rabat en tant que lecteur du DAAD, et je suis très impatient de voir quelles autres tâches m’attendent dans le cadre du lectorat ici au Maroc. Celles-ci peuvent en effet être très variées, et le travail quotidien concret d’un(e) lecteur(trice) est donc différent sur chaque site – ce qui, à mes yeux, fait aussi l’attrait de cette activité. Mais en principe, les lecteurs du DAAD ont partout une fonction commune, qui comprend en premier lieu l’enseignement dans l’université d’accueil. Chez moi, il s’agit par exemple de séminaires et de cours dans les domaines de la linguistique et de la littérature, donc de la germanistique “classique”. Ailleurs, il peut s’agir aussi de cours d’allemand en parallèle des études, ou aussi de cours de méthodologie et de didactique pour les futurs enseignants d’allemand langue étrangère. La communication interculturelle est également représentée, tout comme la traductologie. Il s’agit donc d’une palette variée, à laquelle s’ajoutent bien entendu d’autres tâches, en fonction du lieu. En tant que bénéficiaires de subventions du DAAD, les lecteurs et lectrices forment un lien avec le paysage allemand des études et de la recherche et offrent ainsi, dans le pays d’accueil respectif, de nombreuses possibilités de conseil aux (futurs) étudiants et diplômés intéressés par un séjour d’études ou de recherche en Allemagne. Les lecteurs du DAAD participent également à des salons de l’éducation et travaillent généralement en collaboration avec d’autres acteurs de la politique culturelle et éducative étrangère, comme le Goethe Institut, la Deutsche Welle ou l’AHK.

  1. En tant que lecteur du DAAD, vous travaillez très étroitement avec des étudiants marocains. Quelles sont vos impressions à ce jour ? Voyez-vous des différences avec les étudiants allemands ?

Dès le début, j’ai été séduit par la curiosité des étudiants que j’ai rencontrés au département d’allemand de “mon” université d’accueil. Ils ont vraiment envie d’apprendre l’allemand, d’étudier en général et d’élargir leur horizon de connaissances et d’échanger. Est-ce différent dans les universités allemandes ? Je ne pense pas. Du moins, je l’espère. Bien sûr, tous les étudiants ne sont pas motivés de la même manière, mais en règle générale, on choisit librement de faire des études supérieures et, où que l’on soit, c’est toujours la meilleure condition pour réussir. Je vois toutefois des différences dans les conditions générales d’études. Au Maroc, par exemple, il n’est pas rare que les étudiants doivent faire de longs trajets pour se rendre à l’université chaque jour. Certes, il y a des résidences sur le campus, mais elles sont loin d’être en nombre suffisant. C’est pourquoi les étudiants sont souvent hébergés par des proches, ce qui les aide dans un premier temps. Mais d’un autre côté, une telle situation de logement s’accompagne aussi d’obligations concrètes. De plus, les jeunes diplômés sont soumis à un certain contrôle social, ce qui peut entraîner une pression pour réussir et donc des situations de stress.

  1. Que recommanderiez-vous à quelqu’un qui souhaite devenir lecteur du DAAD ?

Je recommanderais aux lecteurs et lectrices potentiels de vraiment bien se préparer à l’entretien de sélection. Cela implique tout d’abord de se familiariser avec l’appel d’offres du poste dans un lieu spécifique et de se pencher sur les exigences spécifiques – également du point de vue de la politique culturelle et éducative extérieure allemande. Par ailleurs, il est toujours conseillé de connaître les tendances actuelles de la littérature germanophone. Et de se poser les questions suivantes : Qu’est-ce qui est particulièrement pertinent sur le plan culturel et politique ? De quoi parle la presse quotidienne et hebdomadaire germanophone ? Bien sûr, il faut aussi connaître les principaux programmes de soutien et instruments du DAAD. Pour cela, un coup d’œil sur le site Internet de l’antenne du DAAD dans la région concernée peut certainement s’avérer très utile. Les appels à candidatures pour l’année 2023 seront probablement publiés à l’automne, et je souhaite à chaque candidat(e) beaucoup de succès dans ce processus. Cela en vaut la peine, à tous points de vue !

  1. Pouvez-vous nous raconter une anecdote de votre vie quotidienne à Rabat ?

Lorsque je suis arrivée à Rabat en avril, j’ai tout de suite voulu me faire des amis et j’étais donc régulièrement en contact avec une collègue de Meknès. Dès le début, l’échange a été formidable et nous nous sommes très bien entendus. Un jour, elle m’a appelé et m’a dit : “Il y a quelqu’un qui aimerait te parler !” Elle a fait passer le téléphone et, à ma grande surprise, il y avait soudain Zaid, un diplômé de la German Jordanian University (GJU), où j’ai moi-même travaillé quelques années en tant que lecteur du DAAD. Zaid avait appris l’allemand là-bas, en Jordanie, en plus de ses études d’ingénieur, et j’étais l’un de ses professeurs d’allemand à la GJU. Entre-temps, il avait commencé à travailler en Allemagne, pour une entreprise responsable du développement des énergies renouvelables au Maroc. C’est ainsi que Zaid est venu au Maroc dans le cadre d’un voyage d’affaires et a participé par hasard, pendant son jour de congé, à une visite guidée de la médina de Rabat, à laquelle ma collègue et son mari participaient également, et lorsqu’ils ont commencé à parler, ils m’ont rapidement identifié comme une connaissance commune. Nous avons tous été très étonnés et Zaid et moi nous sommes bien sûr revus plus tard. Le cliché “le monde est petit” ne cesse de se confirmer.